Gouvernement Princier de Monaco
Imprimer la page Toutes les Actualités
Actualité du thème "Monaco à l'International"
08 juillet 2022 Communiqué de presse

Monaco participe à la Deuxième Conférence des Nations Unies sur l’Océan

Conférence des Nations Unies sur l’Océan 1 ©Gaëtan Luci - Palais Princier

Du 27 juin au 1er juillet, S.A.S. le Prince Souverain a conduit la délégation de la Principauté à la Deuxième Conférence des Nations Unies sur l’Océan, qui s’est tenue à Lisbonne.

A cette occasion, Il a été accueilli par S.E. M. Henrique de Polignac de Barros, Ambassadeur de Monaco au Portugal.

La Conférence des Nations Unies sur l’Océan ou « Conférence de haut niveau des Nations Unies visant à soutenir la réalisation de l’objectif de développement durable (ODD) n°14 », est le résultat emblématique de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, qui a eu lieu à Rio de Janeiro en juin 2012 (Rio+20). Monaco avait participé de manière active à la rédaction des « cibles » de l’ODD 14.

Cette année, la Conférence était co-organisée par le Kenya et le Portugal1 sur le thème « Océans : intensification de l’action fondée sur la science et l’innovation aux fins de la mise en œuvre de l’objectif de développement durable numéro 14 : bilan, partenariats et solutions » et s’est déroulée en présence de nombreux Chefs d’Etat et de Gouvernement, ainsi que du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies.

Dans Son allocution, S.A.S. le Prince Souverain a insisté sur l’urgence de mettre en œuvre des actions concrètes pour lutter contre les dégâts multiples quotidiennement infligés aux mers. Il a rappelé que Monaco s’y engage pleinement, notamment à l’occasion des négociations sur le climat, dans le cadre de la Conférence intergouvernementale sur la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale ou encore dans le cadre de forums scientifiques dédiés.

S.A.S. le Prince a souligné l’importance d’agir à travers des projets concrets, efficaces et rapides, quelle que soit leur échelle ou leur localisation. A cet égard, Il a mentionné des réalisations telles que le « Medfund », lancé en 2015 en collaboration avec la France et la Tunisie, « BeMed » pour soutenir des projets de lutte contre la pollution plastique en Méditerranée, ou encore la « Monk Seal Alliance » en faveur de la préservation de cette espèce de Méditerranée. Méditerranée.

S.A.S le Prince a également pris part au dialogue interactif relatif à la gestion, protection, conservation et restauration des écosystèmes et a insisté sur la nécessité d’identifier les bonnes pratiques, même les plus locales, et d’avoir une vision globale en confrontant les expertises et les approches. Il a illustré Son propos en évoquant le développement des aires marines protégées qui offrent une immense variété d’opportunités et la responsabilité partagée de la conservation des écosystèmes côtiers et marins. 

Le Prince Souverain a également participé à différents événements parallèles sur les régions polaires, sur les coraux ainsi que sur les investissements innovants.

Mme Isabelle BERRO-AMADEI, Conseiller de Gouvernement-Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération a, pour sa part, assisté à divers événements consacrés notamment à l’objectif de protéger 30 % de l'Océan à l’horizon 2030, organisé par les « Blue Leaders », à la restauration de la mangrove, organisé par la Colombie, à l’acidification des océans, organisé par les Laboratoires de l’Environnement de l’A.I.E.A, basés à Monaco et à la Décennie des Nations Unies pour les Sciences Océaniques au service du développement durable, organisé par l’U.N.E.S.C.O.

Lors du side event des « Blue Leaders »2, Mme Isabelle BERRO-AMADEI a insisté sur la nécessité vitale de protéger les océans et leur biodiversité, les écosystèmes et les habitats marins. Elle a évoqué les « High Seas online Dialogues » organisés conjointement par Monaco, la Belgique, le Costa-Rica, « the International Center for Dialogue and Peacebuilding » et la « High Seas Alliance (HSA) » pour maintenir la mobilisation internationale dans l’optique de la reprise des négociations officielles de la Conférence intergouvernementale chargée de l’Accord sur la biodiversité en haute mer (Accord BBNJ)3.

Par ailleurs, le Conseiller de Gouvernement-Ministre a salué l’organisation de la réflexion sur l’acidification des océans, qui s’inscrit pleinement dans le cadre des actions internationales de Monaco pour atténuer les effets de ce phénomène. Elle a réitéré à cette occasion le soutien de la Principauté aux Laboratoires de l’Environnement de l’A.I.E.A. tout comme aux Institutions spécialisées des Nations Unies qui ont pour objectif d’atténuer les impacts sociaux-économiques de l'acidification des océans sur les moyens de subsistance, le commerce et la sécurité alimentaire.

De son côté, S.E. Mme Isabelle PICCO, Ambassadeur, Représentant permanent de la Principauté de Monaco auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York a assisté à l’événement consacré à la pollution marine par les déchets plastiques, organisé par l’U.I.C.N. ainsi qu’à l’évènement organisé par le Portugal, la France et l’Union européenne sur la promotion des négociations sur l’Accord BBNJ.

Des institutions monégasques étaient également présentes tout au long de la semaine. La Fondation Prince Albert II de Monaco et l’Institut océanographique - Fondation Albert Ier, se sont distingués notamment en organisant le seul évènement consacré aux régions polaires.

La Conférence s’est achevée avec l’adoption d’une déclaration politique intitulée « Notre océan, notre avenir, notre responsabilité » qui appelle tous les Etats à contribuer à la réalisation des mesures d'urgence qui se rattachent aux 7 cibles de l'ODD 14, à savoir :

• Protéger 30%, ou même davantage, des zones maritimes nationales d'ici à 2030

• Atteindre la neutralité carbone d'ici 2040

• Réduire la pollution plastique

• Augmenter l'utilisation des énergies renouvelables

• Allouer des fonds substantiels à la recherche sur l'acidification des océans, aux projets de résilience climatique et au suivi, au contrôle et à la surveillance.

Monaco a participé à la rédaction de cette déclaration Et les mentions relatives à pollution plastique, à la recherche scientifique marine, à l’acidification des océans ainsi qu’aux menaces découlant d’activités humaines, régulièrement défendues par la Principauté lors des négociations, ont été prises en compte.

1 La Première qui s'est tenue, du 5 au 9 juin 2017, au Siège des Nations unies à New York a été organisée par les Fidji et de la Suède.

2 Les « Blue Leaders » est une initiative belge. C’est un groupe informel de 19 Etats (Allemagne, Antigua et Barbuda, Autriche, Belgique, Belize, Chili, Costa-Rica, Croatie, Espagne, Fidji, Gabon, Finlande, Italie, Monaco, Nigeria, Palaos, Panama, Portugal, Seychelles). L’objectif des Blue Leaders est d’entreprendre des actions pour protéger l’Océan des facteurs du changement climatique, de la surpêche et de la pollution. Parmi leurs actions figure un objectif international de protéger au moins 30 % de l'océan grâce à un réseau d'aires marines « hautement et entièrement protégées » à l’horizon 2030 (30x30).

3 Cette conférence, initialement prévue en mars 2020 avait été reportée sine die en application des mesures internationales édictées en raison de la pandémie de Covid-19. Les travaux ont repris à partir du mois de mars 2022.

Autres actualités du thème

http://www.gouv.mc/Action-Gouvernementale/Monaco-a-l-International/Actualites/Monaco-participe-a-la-Deuxieme-Conference-des-Nations-Unies-sur-l-Ocean

Aide non-voyants pages internes

Article d'introduction visible sur chaque page interne par les lecteurs d'écrans